Fils-des-Brumes, B. Sanderson

Fantasy
602 pages en français
9.60€ (format poche)
Lu en Mai 2020
Lien Livraddict
Lien Goodreads

Les brumes règnent sur la nuit,
Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

J’ai un peu hésité à faire cette chronique, et elle promet d’être chaotique. Comment parler des romans qu’on a adoré à ce point-là ? A chaque fois je me pose la question, déchirée entre l’envie d’en parler à tout le monde et la peur de ne pas en parler assez bien.

J’avais déjà un amour certain pour Brandon Sanderson depuis la découverte des Archives de Roshar l’année dernière. Je me lance donc dans Fils-des-Brumes sans aucun doute et cette fois en VO, sûre d’apprécier. Et au début, j’ai été légèrement déçue : ce n’était pas comme ce à quoi je m’attendais. Au final, spoiler alert : c’était tout aussi génial.

Fils-des-Brumes vous plonge dans les aventures de Vin qui découvre qu’elle est une Mistborn et possède des pouvoirs d’Allomancie très importants, ce qui est très rare pour des personnes d’origine Skaa. Les Skaa sont une partie de population esclavagés et dominés par les nobles, vus comme des moins que rien. Vin est alors pris sous son aile par Kelsier, un voleur également mistborn qui s’est mis en tête de réussir une mission folle : renverser l’Empire et son Seigneur Maître.

Fils-des-Brumes n’est pas aussi épique que Les Archives de Roshar. Ici, on est plus sur des combats petit groupe contre petit groupe, des stratégies, mais pas de grandes guerres directement disons.

On suit le petit groupe autour de Kelsier et c’est là une des forces du roman : les personnages. C’était déjà une énorme qualité de Roshar, mais ici les personnages ne sont pas du tout construits de la même façon. La construction de leurs personnalités se fait les uns par rapport aux autres, on les découvre quand ils sont en contact avec d’autres, on les comprend en découvrant leurs relations aux autres. Tous sont très attachants et surtout très humains. L’auteur transcrit parfaitement leurs sentiments, et leurs doutes, leurs craintes, leurs douleurs et faiblesses sont entièrement crédibles. Ils sont tous unis, et c’est agréable de les voir ensembles discuter légèrement et rire, le tout dans une fantasy. Une autre touche très plaisante c’est d’ailleurs ça : Brandon Sanderson parvient à inclure de l’humour dans un monde sombre, où les héros semblent foncer droit vers leur fin, engagés jusqu’au cou dans une mission impossible. L’évolution des personnages est très bien nuancée, elle ne va ni trop vite, ni trop lentement : elle est parfaite. J’ai adoré ces personnages jusqu’au bout, à chaque seconde, sans exceptions. On ne va pas parler de la figure héroïque de Kelsier qui vole presque la vedette à notre héroïne si on ne s’attachait pas autant à sa vulnérabilité, sa détermination et ses peurs. Kelsier est parfait du début à la fin dans son rôle de meneur, de mentor, et surtout d’ami.

L’intrigue est menée d’une main de maître, comme d’habitude : tout fait sens et se goupille parfaitement, s’emboîte comme il faut. Le rythme est prenant sans être trop rapide et sans nuire à l’intrigue et les retournements de situation sont au rendez-vous. J’ai cru voir où on m’emmenait et au final, les choses ont toujours pris une tournure différente, à de multiples reprises. Les personnages se sont lancés dans de folles entreprises, entre combats et stratégies et j’ai été complètement happée dans ma lecture. Le temps et le monde réel n’avait plus d’emprise pour moi, rien n’importait plus que cette petite bande et cet Empire à renverser.

Et ce système de magie ? Je l’ai gardé en point final parce que je ne sais qu’en dire. Il est juste parfaitement au point, bien pensé, et U.NI.QUE. On le découvre avec plaisir et délice au fur-et-à-mesure, il m’apparaît sans défauts et nous offre de splendides scènes d’actions avec des personnages badasss à souhait. Tellement classe.

Ahhh, je n’ai rien à reprocher à ce roman : il était tout ce que j’adore. That’s all. Je réalise que j’ai pas encore dit que c’était un coup de cœur. Est-ce nécessaire ?

Une expérience de lecture qui m’a littéralement arrachée de mon monde pour me plonger dans une folle aventure trépidante dans laquelle j’ai pu vivre, aimer, m’émerveiller. J’en suis sortie en me demandant ce qui dans ma vie pouvait être plus agréable que cette lecture et avec une seule pensée : Je veux revivre ÇA, sans même pouvoir mettre de mot dessus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s