La ville sans vent, E. Devillepoix

Fantasy jeunesse
448 pages
16€
Lu en Mars 2020
Lien livraddict
Lien Goodreads

A dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.
Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d ‘Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ca tombe bien, elle a tendance à les déclencher…
Lui recherche l’assassin de son maître, elle le père qu’elle n’a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé.
Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s’apprivoiser.

Merci aux éditions Hachette et à la plateforme Netgalley pour l’envoi. J’ai d’abord été attirée par cette couverture sublime, d’ailleurs l’intérieur du livre était également joliment mis en page.

On suit Arka, une jeune amazone qui débarque après quelques aventures à Hyperborée pour y apprendre la magie, interdite chez les amazones, et retrouver son père qu’elle n’a jamais connu. Seule et sans argent, elle va devoir se débrouiller comme elle peut pour survivre dans la ville très inégalitaire et se faire une place. Elle est finalement remarquée lors du test destiné à sélectionner les élèves de magie par Lastyanyax. Celui-ci est un jeune mage qui vient de réussir sa soutenance et finir son apprentissage. Après la mort mystérieuse de son mentor, Last se retrouve projeté dans les hautes sphères politiques, et prend pour disciple Arka. S’ensuit un apprentissage mouvementé sur fond d’enquête, de mystère et de magie.

L’histoire est bien écrite, pleine d’action et de rebondissement. Tout s’imbrique bien et à chaque fois qu’on découvre un nouvel élément dans l’enquête, le mystère s’épaissit. Ça se lit très vite et très bien : j’étais totalement dans l’histoire. Sur la fin, tout s’enchaine et il n’est plus possible de lâcher le livre. J’ai apprécié cet univers bien pensé et construit, c’était juste dommage qu’on ne voit pas un peu plus de magie.

Les personnages sont très attachants et le lien qui se tissait entre mentor et disciple était plaisant à voir. Arka apporte cette touche de jeunesse et de fraicheur, d’insouciance et d’action. Last quant à lui nous offre une approche plus mature de l’univers, entre magouilles politiques, enquête et doutes. J’ai apprécié de pouvoir avoir les deux pans dans un livre jeunesse.

J’ai également apprécié la réflexion féministe introduite par le personnage de Pyrrha qui se bat pour ses droits, mais également celui d’Arka, une femme vive et combattante qui ne se laisse jamais marcher sur les pieds, et ne manque jamais de répartie.

Une fantasy jeunesse pleine de qualités qui saura vous emporter !

Un commentaire sur “La ville sans vent, E. Devillepoix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s