Sorcery of Thorns, M. Rogerson

Fantasy young-adult.
464 pages (one shot)
12€ (VO, non traduit)
Lu en Février 2020
Lien livraddict

All sorcerers are evil. Elisabeth has known that as long as she has known anything. Raised as a foundling in one of Austermeer’s Great Libraries, Elisabeth has grown up among the tools of sorcery—magical grimoires that whisper on shelves and rattle beneath iron chains. If provoked, they transform into grotesque monsters of ink and leather. Then an act of sabotage releases the library’s most dangerous grimoire, and Elisabeth is implicated in the crime. With no one to turn to but her sworn enemy, the sorcerer Nathaniel Thorn, and his mysterious demonic servant, she finds herself entangled in a centuries-old conspiracy. Not only could the Great Libraries go up in flames, but the world along with them. As her alliance with Nathaniel grows stronger, Elisabeth starts to question everything she’s been taught—about sorcerers, about the libraries she loves, even about herself. For Elisabeth has a power she has never guessed, and a future she could never have imagined.

Assez déçue de ce livre dont on entend pourtant beaucoup parler sur les réseaux sociaux, et chez les booktubeuses anglaises (quoi que j’avais déjà vu de mauvais avis). A savoir avant de se lancer : par moment c’est assez jeunesse. Du style young-adult qui tire vers le young. Et c’est ça qui m’a gênée, tout simplement parce que je ne m’y attendais pas et que mes attentes n’étaient du coup pas en accord.

Nous sommes plongés dans un univers assez intéressant entre des livres qui peuvent parler et devenir Maléfiques pour attaquer les gens, et tout plein de magie et de sortilèges qui s’apprennent grâce aux livres. J’ai trouvé l’idée assez chouette, mais j’aurai aimé que l’univers soit plus détaillé et qu’on en voit plus.

On a une héroïne badass avec son épée (alors que le mec fait de la magie, le combat à l’épée c’est pas pour lui) qui inscrit un peu le livre dans une idée un peu féministe de la miss qui bat tout le monde, j’ai aimé cet aspect là. Sauf qu’en même temps c’est parfois trop poussé à la « Pour elle, il était simplement dans l’ordre naturel des choses que les hommes veuillent faire du mal aux femmes » (et 200 phrases du style dans le dit passage) alors que l’héroïne est poursuivie parce qu’elle est un témoin clé et la seule à savoir qui est le saboteur (qui veut donc l’éliminer). Ben du coup non, le fait que c’est une femme n’a encore rapport, ça fait très forcé et s’en est agaçant : faire dans le féminisme c’est bien mais attention à ce que ça ait du sens, et là c’était pas toujours le cas.

Parlons donc de cet aspect jeunesse qui m’a gênée. D’abord dans l’intrigue : tout est trop simple. Du style « J’ai besoin d’aller dans la Royal Library, oh tiens ils cherchent à embaucher quelqu’un, bah parfait, bon ben ça y est j’y suis, ah ça y est j’ai volé le livre hyper précieux qu’il me faut en 2 seg malgré la sécurité. ». Ouais ben peut-être mais moi je tire la tronche et ça m’agace. Et ce n’est qu’un exemple, mais c’est fréquemment comme ça. Ensuite, tout reprend un peu trop pour moi les codes et les stéréotypes jeunesses : une héroïne qui a un pouvoir spécial et adore se foutre dans le pétrin, un héro qui a un pouvoir spécial, un ami pour chacun, un méchant, une bonne dose de « nous n’avons pas le choix, we must do what is right and save the world » (une dose excessive de ça même, c’est agaçant), de « révélations » que tout le monde a vu depuis 250 ans sauf l’héroïne elle-même etc. Je répète mais c’est agaçant, surtout quand on n’y est pas préparé. Les personnages, pour finir : et bien ils sont stéréotypés, superficiels et manquent de charisme, à part Nathaniel mais l’autrice ne lui fait malheureusement pas justice.

En soit, il suffit de ne pas être gêné par ce genre de choses, et de le lire en gardant à l’esprit que c’est un peu jeunesse quand même et je pense qu’on apprécie le titre à sa juste valeur. Moi ça a eu tendance à m’énerver et à tirer mon avis global vers le bas, le tout avec l’arrière-goût amer de la déception. Malgré tout une bonne lecture pleine d’actions, de rebondissements, de personnages qui restent agréables, dans un univers plutôt chouette. Il faut juste se préparer aux clichés de jeunesse et pas y être allergique.

Une bonne lecture dans l’ensemble mais de nombreux points de l’histoire m’ont agacée et ont gâché mon appréciation du livre. [14/20]