Le faiseur de rêve T1, L. Taylor

Lu en lecture commune sur le club de lecture Les bouquineurs rêveurs mis en place par Rêve ta vie en lecteur et La bouquinade.



Fantasy
664 pages
14,90€
Lu en Septembre 2019
Lien livraddict

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…

Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

J’ai énormément aimé, et en même temps j’en suis un peu mitigée. Je m’attendais à mieux, vu comment j’en avais entendu parler. Pour moi, ce livre a des défauts, et c’est dommage parce qu’il possède également ce petit quelque chose qui aurait pu le rendre génial.

Le début, c’est le principal défaut. Et pour moi il gâche tout mon ressenti final. Il est extrêmement lent. Quand je dis lent, je dis L.E.N.T. Un livre qui met du temps à poser les fondations de son univers ne me gêne pas tant que ça, car je découvre, et une fois que j’ai bien vu le monde je suis en mode « waw », je suis dedans. Sauf que là il ne se passe R.I.E.N. Rien d’autre que du blabla, des jolies phrases, làlàlàlàlà, Lazclo le héro est un rêveur ohlalala. D’ailleurs il n’a rien de spécial, il s’intéresse juste à une ville mystérieuse hein, de là à insister autant sur le fait que c’est un rêveur je trouve ça légèrement ridicule. Ça prépare juste Sarai, mais c’est pas subtile. L’univers ne nous est pas présenté, on commence à nous le montrer page 250 quand on nous explique enfin c’est quoi cette histoire de Désolation. Page 250 quoi ! Avant cela, on ne voit rien du monde ! On n’a rien d’autre que la présentation des personnages à se mettre sous la dent, or le héro ne m’a pas plu. Je l’ai trouvé banal, niais, inintéressant, fade. Heureusement, on finit par avoir le point de vue de Sarai (à partir de la page 100) qui est beaucoup plus intéressante, et qui a l’avantage de nous montrer son univers peu à peu, elle.

Sans univers à découvrir, sans personnage intéressant pour relever le tout : on s’ennuie. J’ai carrément failli reposer le livre. Sans le club de lecture je l’aurai d’ailleurs fait. Le problème c’est que la lenteur extrême du début impacte tout le livre : du coup quand le livre commence page 300, il ne reste que peu de temps pour mettre en place l’univers bien comme il faut, nous faire enfin aimer les personnages, et nous donner un peu d’action. Du coup, vous refermez le livre et quand vous vous faites un récap’ de ce qu’il s’est passé : ben presque rien. A peine ça avait enfin commencé que c’est fini, ou comment être extrêmement frustré(e). Je suis peut-être extrême aux yeux de certains mais pour moi c’était vraiment trop long, lent, et ennuyeux.

Parce que quand ça commence E.N.F.I.N. c’est TRÈS BIEN. Assez pour rattraper le début ? Pas tout à fait selon moi, mais en même temps l’histoire me reste tellement en tête depuis que je me dis que ça a quand même marché. Mais c’était moins une.

Au final, une fois dedans, on a un monde extrêmement intéressant, bien que je sois frustrée de ne pas en savoir plus (coucou la frustration dont je parlais). Nous sommes dans un monde déchiré entre les séraphins, et les hommes. Et le résultat de ce conflit, c’est Désolation, une ville oubliée qui ne parvient pas à se remettre des épreuves qu’elle a passé. Ailleurs vivent Sarai et les autres séraphins, dans un équilibre fragile, rêvant d’aventures et de libertés, rêvant de plus. Au contact de Sarai, et je dirais surtout à travers les yeux de Sarai, Lazlo devient enfin intéressant et touchant.

Cela promet une suite probablement beaucoup mieux que le tome 1 et je dois dire que j’ai très très hâte. J’ai énormément apprécié ce tome, adoré l’univers, et la plume, très poétique. Pourtant, je ressens une énorme frustration de ne pas avoir eu assez de temps, tout ça parce que la moitié du temps ça a trainé en longueur avec des futilités incroyables. C’est devenu génial, oui mais il était temps.

Un univers merveilleux, malgré un rythme à mon sens très inégal et qui m’a déplut. Je garde cependant un excellent souvenir de ce livre. Allez, je mets 4 quand même.

7 commentaires sur “Le faiseur de rêve T1, L. Taylor

  1. Je suis un peu de ton avis ! J’ai adoré le livre une fois terminé, mais la première moitié est vraiiiiment trop lente et trop longue, je me suis presque ennuyée. Heureusement la 2e partie rattrape le coup. Et je te rassure, le 2e tome est plutôt du même acabit que la dernière partie du roman donc beaucoup moins lente 😀

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais lu des avis similaires au tien sur cette pesante longueur… Le livre est dans ma PAL donc trop tard pour reculer d’autant qu’il possède quand mêmes des atouts, mais je sens qu’il vaut mieux bien choisir le moment pour le lire sous peine d’avoir une petite panne de lecture…

    Aimé par 1 personne

  3. Du même avis que toi. Un univers magique avec beaucoup de potentiel mais beaucoup trop de longueurs. J’ai souvent compté les chapitres qu’il me restait à lire. J’ai même hésité à en sauter quelques-uns! Je n’en garde pas pour autant un mauvais souvenir… mais c’était bien trop lent pour moi.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s